La bientraitance

La bientraitance est un droit pour tous les usagers, dont la promotion au sein de l’établissement s’inscrit dans une démarche d’amélioration continue de la qualité de la prise en charge des patients et des résidents et de maîtrise du risque de maltraitance. Cette démarche implique tous les professionnels de l’institution et les usagers, car elle est une démarche collective pour identifier le meilleur accompagnement possible pour l’usager, dans le respect de ses choix et dans l’adaptation la plus juste à ses besoins.

Les Centres Hospitalier du val d’Ariège et du pays d’Olmes se sont engagés à promouvoir la bientraitance, mais aussi à lutter contre la maltraitance. Aussi, afin de respecter ce double engagement et pour répondre aux exigences de la Haute Autorité de Santé, l’établissement s’est fixé pour objectifs de conduire les actions suivantes

  • organiser le signalement des situations de maltraitance ;
  • organiser la gestion d’une situation de crise ;
  • développer la communication autour du thème de la bientraitance (information et groupes de parole) ;
  • sensibiliser les professionnels à la bientraitance au travers de réflexions sur l’amélioration des pratiques professionnelles ;
  • mettre en place une démarche d’évaluation des pratiques professionnelles ;
  • former les professionnels (formation-action).

Un comité de bientraitance a été mis en place au Centre hospitalier du pays d’Olmes afin de répondre à ces préoccupations :  

Regroupant des médecins, infirmiers, aides-soignants et correspondants de chacun des services et des représentants des usagers. Une charte de bienveillance a été élaborée par les professionnels. Elle décline les 10 engagements permettant d’identifier les actions de bienveillance au sein des services et de maintenir une veille active sur ce sujet.

Des formations sont réalisées chaque année à l’attention du personnel, afin que cette préoccupation reste toujours présente dans chacun des gestes effectués par les soignants.

Pour aller plus loin…

 

Télécharger la charte de bientraitance du CHIVA et du CHPO

La prise en charge de la douleur

lutter contre la douleur

Au centre hospitalier du val d’Ariège, comme au Centre hospitalier du pays d’Olmes, nous nous engageons à prendre en charge votre douleur.

Prévenir, traiter ou soulager votre douleur c'est possible

Prévenir

Les douleurs provoquées par certains soins ou examens : piqûres, pansements, pose de sondes, de perfusion, retrait de drains… les douleurs parfois liées à un geste quotidien comme une toilette ou un simple déplacement.

Evaluer

reglette douleurPour nous aider à mieux adapter votre traitement, vous pouvez nous indiquer “combien” vous avez mal en notant votre douleur de 0 à 10 ou en vous aidant d’une réglette. D’autres outils d’évaluation peuvent être utilisés. L’évaluation de votre douleur doit être systématique et régulière, au même titre que la prise de la tension artérielle, du pouls ou de la température. Si vous avez mal, n’hésitez pas à exprimer votre douleur.

Prévenir

La prise en charge d’une douleur doit être une préoccupation quotidienne des équipes soignantes. Après une intervention chirurgicale, pendant un examen douloureux, avant une situation qui peut entraîner une douleur (transport, séance de rééducation,...), vous devez être prévenu qu’une douleur peut survenir.

Traiter ou soulager

Les douleurs aiguës comme les coliques néphrétiques, celles associées aux fractures…

Les douleurs après une intervention chirurgicale.

Les douleurs chroniques comme le mal de dos, la migraine, et également les douleurs du cancer, qui nécessitent une prise en charge spécifique.
Nous allons vous aider à ne plus avoir mal ou à avoir moins mal

En répondant à vos questions ;
En vous expliquant les soins que nous allons faire et leur déroulement ;
En utilisant le ou les moyens les mieux adaptés.

La douleur n’existe pas sans raison, ne la laissez pas s’installer. N’hésitez pas à en parler, votre médecin en cherchera les causes. Il n’y a pas une mais des douleurs qui se distinguent par leur origine, leur durée, leur intensité.

Traiter la douleur, cela peut prendre du temps. C’est contribuer à retrouver le bien-être, l’appétit, le sommeil, l’autonomie et se retrouver avec les autres.
Les antalgiques sont des médicaments qui soulagent la douleur. Il en existe de différentes puissances. La morphine est l'un des plus puissants. Mais certaines douleurs, même sévères, nécessitent un autre traitement.
D'autre méthodes non médicamenteuses sont efficaces et peuvent vous être proposées comme par exemple la relaxation, les massages, le soutien psychologique, la physiothérapie…

Téléchargez la plaquette : La pompe ACP

La consultation de la douleur chronique

lien vers la page Douleurs chronique de l’ongle « Offre de soins »

L’éthique dans les soins

comite ethique

Les établissements hospitaliers favorisent la réflexion éthique en leur sein et particulièrement sur l’accueil et la prise en charge des patients. A cette fin, il a été créé en 2009 un comité d’éthique inter-hospitalier dans le cadre d’un partenariat entre le CHIVA, le CHPO et l’hôpital de Tarascon.

Ce comité est le garant de la démarche éthique des hôpitaux partenaires. Composé de médecins, représentants des usagers, psychologues, personnels soignants, représentants des différents cultes, philosophes…, il peut être saisi par le personnel de ces établissements sur un problème éthique. Les réflexions de ce comité prennent la forme d’avis ou de préconisations généralement adressés aux instances ou aux professionnels concernés. Les débats sont confidentiels et les conclusions anonymes.

Il peut avec l’accord du directeur, sous le sceau de la confidentialité et de l’anonymat des cas étudiés interroger d’autres instances tel l’espace éthique régional ou le Comité Consultatif National d’Ethique.

La Journée droit des patients en vidéo